Dynaco

Groupe Coopératif Dynaco

Mai 2017

Retour

Nancy Caron, agricultrice et entrepreneure

23 mai 2017

Nancy Caron, copropriétaire d’une exploitation agricole, est actuellement en processus de transfert pour céder la gestion de son entreprise à son fils. Son lien avec le transfert d’entreprise et la relève agricole est évident. Elle nous en dit plus.

 

Quel est votre lien avec le transfert d’entreprise ?

Je suis actuellement en cours de processus de transfert de mon exploitation agricole : je suis toujours copropriétaire. Mon fils est majoritaire. Je siège actuellement comme 2ème Vice présidente à la fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) du Bas-Saint-Laurent, on soutient le Centre régional d’établissement en agriculture (CRÉA) financièrement depuis plusieurs années. La Fédération de l’UPA Bas-Saint-Laurent a toujours siégé au conseil d’administration du CRÉA. Depuis novembre 2015,  je suis administratrice au Centre de transfert d’entreprise du Québec et présidente du comité agricole du CTEQ. Maintenir l’offre de services en transfert pour nos entreprises agricoles est notre priorité tout en élargissant notre clientèle aux autres secteurs d’activités.

 

Quel est l’aspect le plus important dans le transfert agricole ?

Pour moi la priorité est la communication et l’écoute entre les deux parties (cédant/repreneur). Un plan de transfert cela se prépare longtemps à l’avance, on n’attend pas à la dernière minute! Peu importe le type de transfert, (familial, interne ou externe), notre défi à nous est la survie et la pérennité des entreprises !

 

Quelles ont été les conditions de votre transfert ?

Nous sommes passés par le CRÉA, avec Julie Pelletier (conseillère en transfert d’entreprise). Au début nous voulions faire cela sur du long terme, progressivement. Les rencontres avec les experts nous ont permis d’aller plus vite. En effet la bonne situation de la ferme était bonne tant en ce qui concernait la rentabilité financière que le climat organisationnel. Julie nous a aidés à bien comprendre le processus et à avoir une démarche plus structurée et organisée. Rencontrer les bons intervenants au bon moment nous fait sauver du temps et de l’argent !  De plus, les conseillères organisent des rencontres parents/enfants, mais également des rencontres individuelles, ce qui permet de dire les choses plus sincèrement, que l’on ne dirait pas forcément devant ses parents ou ses enfants.

Dans le cas d’un transfert familial, il peut être difficile de s’adapter aux changements, pour les enfants comme pour les parents. Lorsque les enfants apprennent quelque chose de nouveau, les parents s’attendent souvent à ce qu’ils effectuent les tâches comme eux. Nous apprenons à lâcher prise. Le résultat est le même : le travail est bien fait! De plus, les conseillères en transfert nous aident à développer notre communication et notre écoute.

 

Rédigé par Pierre Garcia, Communication et relations de presse, CTEQ

CRÉA du Bas-St-Laurent, (418)-723-2424

Antonine Rodrigue, directrice et conseillère

Julie Pelletier, conseillère,

Retour